Rencontres fortuites

Dans ce projet, les artistes Gabrielle Bélanger et Hélène Pélissier s’inspirent de la nature et des savoirs autochtones. Elles proposent une cueillette de végétaux aux abords des rivières avec des citoyens de manière individuelle ou familiale, un laboratoire de création d’encres végétales à ciel ouvert, puis des sorties spontanées avec La Carriole (atelier de sérigraphie mobile) dans des parcs de Saint-Roch et Saint-Sauveur.

Le potentiel tinctorial des végétaux dans l’environnement québécois ainsi que l’usage abandonné des plantes ont interpellé les deux artistes. Les savoir-faire autochtones qui perpétuaient ces usages de même que la rencontre avec Adèle Bellefleur, Innu de Natasquan ayant écrit un guide sur les plantes indigènes de sa région ont initié ce travail.

Pour ce faire, guidées par le livre "Natuatenanu ui anauakaitshitshenanu" qui fait état des plantes médicinales utilisées par les aînés de la communauté innue de Nutashkuan, les artistes cueillent des plantes avant de les transformer sur place en encres imprimables en impliquant les passants qui deviendront cueilleurs, observateurs et témoins. Elles proposent ainsi un processus de création liant passé et présent et menant à la production d’œuvres en estampe. Le croisement des savoirs, l’imaginaire autochtone, la valorisation des connaissances et des expériences sont au cœur du projet. Les artistes ont développé avec les années une approche faisant la promotion du geste artistique hors des milieux destinés à la création en allant vers les communautés.

Dans la continuité, les artistes expérimenteront l’impression en sérigraphie dans l’espace public avec les encres végétales. Les œuvres réalisées seront mises dans des enveloppes et ensuite en quarantaine avant d’être redistribuées aux citoyens de manière sécuritaire.

Ce projet est réalisé grâce au soutien du programme d’Entente culturel de la Ville de Québec.

Infolettre